Georges Vigarello

Contenu

Titre

Georges Vigarello

lien avec Georges Canguilhem

Georges Vigarello a assisté au séminaire de Georges Canguilhem, puis à celui de François Dagognet.
Georges Canguilhem a été membre du jury de sa thèse de doctorat d’État.

Auteur principal

Vigarello, Georges

Biographie

Georges Vigarello, né le 16 juin 1941 à Monaco, est un historien français spécialiste de l'histoire de l'hygiène, de la santé, des pratiques corporelles et des représentations du corps. Il est directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales et codirecteur du centre Edgar-Morin.
Georges Vigarello est élève à l’ENSEP de 1960 à 1963, il est diplômé en éducation physique (CAPEPS) en 1963 et agrégé de philosophie en 1969.
Il soutient une thèse de doctorat d’État ès lettres en 1977 « Le corps redressé, culture et pédagogie », devant un jury composé de Georges Snyders (directeur), Viviane Isambert-Jamati, Michel Bernard, Georges Canguilhem, François Dagognet, et Jacques Ulmann, et obtient la mention très honorable.
Il a mené une carrière d'enseignant : les sciences humaines à l'INSEP, puis en sciences de l'éducation, successivement à l'Université Paris VIII et Paris V. Chargé de conférence à l’EHESS, de 1987 à 1991 (séminaire : « Corps, pratiques et représentations »), il est nommé Directeur d’Études cumulant à l’École des hautes études en sciences sociales, de 1993-2007 à la chaire « Histoire des politiques corporelles ».

Langue

français

cité par

Ressources documentaires associées

La bibliothèque personnelle de Georges Canguilhem comporte 3 publications de Georges Vigarello, dont un exemplaire de sa thèse.
L’ensemble des collections réunies au CAPHÉS en propose 4.
Les archives de G. Canguilhem témoignent de la participation de Georges Vigarello à son séminaire en 1973-1974 et 1974-1975.
D'autres institutions conservent des documents en lien avec Georges Vigarello : la Maison méditerranéenne des sciences de l'homme à Aix-en-Provence, la Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne, les Archives nationales, la BNF.

Source