Ferdinand Alquié (1906-1985)

Contenu

Titre

Ferdinand Alquié (1906-1985)

lien avec Georges Canguilhem

En 1935-1936, Ferdinand Alquié, professeur à Carcassonne, et Georges Canguilhem, alors professeur à Béziers, se sont fréquentés. Ils ont entretenu par la suite des relations d'amitié.

Auteur principal

Alquié, Ferdinand

Biographie

Ferdinand Alquié, né le 18 décembre 1906 à Carcassonne (Aude) et mort le 28 février 1985 à Montpellier (Hérault), est un philosophe français.
Ferdinand Alquié est né dans une famille catholique et royaliste de viticulteurs. Son père est professeur au lycée de Carcassonne. Il étudie lui-même dans ce lycée et dans cette ville, où il fait la connaissance de René Nelli et Joë Bousquet lesquels l'influenceront dans son intérêt pour la littérature et pour le surréalisme.
En 1924, Alquié part étudier à Paris. Il est interne au lycée Louis-le-Grand.

En 1927-1928, il poursuit ses études à la faculté des lettres de Paris. Il est en même temps surveillant à l'École Bossuet à Paris. Il fait partie du groupe, composé de François-Paul Alibert, Joë Bousquet, Claude-Louis Estève et René Nelli, qui crée, en 1928, la revue «Chantiers» puis collaborera à la revue «Les Cahiers du Sud».
Il commence sa vie d'enseignant à Saintes en 1929. Reçu premier à l'agrégation de philosophie en 1931, il enseigne au lycée Rollin, actuel lycée Jacques-Decour.
De 1932 à 1937, Ferdinand Alquié enseigne au lycée de Carcassonne. Pendant l'Occupation, il se trouve à Paris comme professeur de Khâgne et participe à des actions de résistance.
En 1940, il est nommé en classe préparatoire au lycée Condorcet. En octobre 1941, cet emploi est attribué à Jean-Paul Sartre et lui-même est nommé au lycée Louis-le-Grand, à Paris.
En 1945, il épouse Denise Bouland (1914-1994).

En 1947, il soutient sa thèse sur Descartes à Montpellier en qualité de maître de conférences. Cinq années plus tard, il occupe la prestigieuse chaire d'histoire de la philosophie moderne à la Sorbonne.

En 1955, il publie «Philosophie du surréalisme», à propos d'un mouvement pour lequel il se passionne depuis sa jeunesse. Ferdinand Alquié a publié des ouvrages sur René Descartes, Emmanuel Kant et Baruch Spinoza.
Il est élu membre de l'Académie des sciences morales et politiques en 1975.

Langue

français

Ressources documentaires associées

Au CAPHÉS :
On trouve 16 références de publications de Ferdinand Alquié dans la bibliothèque de Georges Canguilhem, dont certaines portent des dédicaces manuscrites.
L’ensemble des collections réunies au CAPHÉS en propose 31.
Ferdinand Alquié est présent dans plusieurs fonds conservés au CAPHÉS :
-dans les archives de Jean Brun
-dans les archives de Claire Salomon-Bayet
-dans les archives de Gérard Simon. Ferdinand Alquié a été par ailleurs le directeur de thèse de Gérard Simon.
À Carcassonne :
La bibliothèque personnelle de Ferdinand Alquié est conservée à la Médiathèque de Carcassonne.

Source

Bibliography

Ferdinand Alquié est mentionné dans les volumes 1, 2, 3, 4 et 5 des «Œuvres complètes» de Georges Canguilhem.