Célestin Bouglé (1870-1940)

Contenu

Titre

Célestin Bouglé (1870-1940)

lien avec Georges Canguilhem

Georges Canguilhem a suivi les cours de Célestin Bouglé pendant ses études à la Sorbonne. C'est sous sa direction qu'il a rédigé son Diplôme d'études supérieures intitulé «La théorie de l'ordre et du progrès chez Auguste Comte» en 1926.
Mort en 1940, aucune notice dans l'Annuaire de l'Association des anciens élèves de l'ENS n'avait été publiée pour rendre hommage à Célestin Bouglé, alors directeur de l’École normale supérieure. Cette notice sera demandée à Georges Canguilhem par d'anciens élèves de l’École normale ainsi que la famille de Célestin Bouglé et publiée en 1978. Georges Canguilhem écrit alors : «[Q]ue cette réparation ait été demandée à l'un de ceux qui ont été ses étudiants, sans avoir participé, à ses côtés et sous ses auspices, à des travaux dans le même ordre de recherches que les siennes, cela peut sembler paradoxal. La reconnaissance d'une dette de gratitude ne suffit-elle pas à rendre compte du paradoxe ? »

Auteur principal

Bouglé, Célestin

Biographie

Célestin Bouglé, né à Saint-Brieuc le 1er juin 1870 et décédé à Paris le 25 janvier 1940, est un philosophe et sociologue français.
Élève de l'École normale supérieure en 1890, reçu premier à l'agrégation de philosophie en 1893, il fut d'abord professeur au lycée de Saint-Brieuc en 1895 puis maître de conférences de philosophie à la Faculté des lettres de Montpellier en 1898. Devenu docteur ès lettres en 1899 avec un thèse intitulée «Les idées égalitaires : étude sociologique», il fut chargé de cours en 1900 puis professeur de philosophie sociale à la Faculté des lettres de Toulouse en 1901. Il suppléa par la suite Alfred Espinas en tant que chargé de cours d'histoire de l'économie sociale à la Faculté des lettres de Paris en 1909 puis il devint professeur de l'économie sociale en 1919 dans cette université.
À partir de 1927, il fut le directeur adjoint de l'École normale supérieure et son directeur en 1935 jusqu'à sa mort en 1940. Défenseur de la sociologie comme science positive dans la lignée d'Auguste Comte, Célestin Bouglé fut également un républicain militant, engagé dans les luttes sociales de son temps.
Voulant contribuer au débat public et à la recherche, Célestin Bouglé a dirigé, en 1920, le Centre de documentation sociale à l'École normale supérieure, entre financé par le banquier et mécène Albert Kahn, puis par la Fondation Rockefeller après que la crise de 1929 a ruiné ce dernier. À la fois bibliothèque et laboratoire de recherche, ce centre permit à toute une génération de jeunes chercheurs de s'initier à la réflexion sociologique, et a contribué à préparer le renouveau de la réflexion en la matière après la guerre.

Langue

français

Ressources documentaires associées

La bibliothèque personnelle de Georges Canguilhem ne comporte pas d'ouvrages publiés par Célestin Bouglé.
Les collections du CAPHÉS proposent 24 publications de Célestin Bouglé.
Les archives de Georges Canguilhem conservent un exemplaire de son Diplôme d'études supérieures
La Bibliothèque de l'ENS Ulm-Lettres conserve des documents relatifs à Célestin Bouglé : voir le fonds Célestin Bouglé, le fonds Jean Bayet et dans les archives de la Bibliothèque
D'autres institutions conservent des documents en lien avec Célestin Bouglé : la Bibliothèque nationale de France, le service des archives du Collège de France, la Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne, la bibliothèque du CNAM, la Bibliothèque de l'Institut de France, la Bibliothèque de l'Institut Henri Piéron (Université Paris Descartes), l'Humathèque (Campus Condorcet) et la Bibliothèque municipale de Besançon, les archives de la ville de Nice.

Source

Bibliography

Voir la notice que Georges Canguilhem consacre à Célestin Bouglé dans le volume 5 des «Œuvres complètes» de Georges Canguilhem.
Célestin Bouglé est mentionné dans les volumes 1, 2, 4 et 5 des «Œuvres complètes» de Georges Canguilhem.

Collections